banniere

Recherche et identification du sous-marin "MORSE"

Propos recueillis par Louis GICQUEL (Ancien du sous-marin "CASABIANCA" - 1940-1946)

dimanche 3 juillet 2011 , par Christian LECALARD

 

 

Photo du sous-marin "Marsouin" du même type que le "Morse"

 En 1939, le "Morse" n° 92 fait partie de la 5ème Escadrille et 9ème DSM avec "Caïman" n° 91 et, "Souffleur" n° 93 basée à Bizerte. En juin 1940 cinq sous-marins sont en surveillance le long des côtes tunisiennes dont le "Morse" au nord de Djerba, en cas de débarquement italien. Au moment de sa relève par le "Souffleur" le "Morse" pénétra par erreur dans le champ de mines défensif et sombra. Son épave fut repérée par un hydravion au mois d’août 1940, au sud-est des îles Kerkennah par 27 m de fond.

Embarqué à bord de l’Ingénieur Hydrographe Nicolas au début de l’année 1950 comme maître électricien chargé du matériel électrique et de navigation, une deuxième fonction m’a été attribuée celle de capitaine d’armes.

Voici quelques mots sur l’origine de ce bâtiment long de 60 mètres, jaugeant 1500 tonnes, ancien chalutier allemand (ex Otto-Brohan) sabordé à Blainville en Normandie au moment du débarquement des alliés, renfloué après une immersion d’environ trois ans, il reçu après sa remise en état et sa transformation le nom du jeune ingénieur hydrographe Nicolas tué à Dunkerque en juin 1940, sous le commandement d’un officier d’équipage de 1ère classe avec 65 à 70 hommes à bord. Ce bâtiment était destiné à la recherche d’épaves et à des travaux hydrographiques. A savoir que la chaudière de la chaufferie était alimentée par des briquettes de charbon ce qui réduisait l’autonomie du bâtiment et obligeait le retour au port assez souvent pour effectuer la corvée de charbon appelée "bataille des fleurs" !!! corvée désagréable pour le second maître chouff ...!... et l’équipage.

La mission du bâtiment comme tous les bâtiments de son genre consiste à la recherche des épaves susceptibles de constituer un danger pour la navigation, épaves de navires coulés généralement pendant les hostilités et à situer leur gisement sur les cartes marines. Ces recherches sont effectuées à l’aide de l’appareil "asdic", de sondes et de dragues, pour ce genre de travaux, il dispose de 4 embarcations à moteur spécialement conçues pour les opérations de dragage et de sondage ainsi que de scaphandres autonomes et des hommes parfaitement entraînés et plongeant en toutes saisons. Lors de mon séjour à bord, il a été expérimenté un nouveau système de repérage, il s’agissait de laisser traîner un tube lequel créait un champ magnétique lorsqu’il passait à proximité d’une masse métallique, les paramètres étaient enregistrés sur un tableau situé dans l’embarcation, moyen très performant par la suite.

Mission hydrographique sur les côtes Tunisiennes :

Parti de Bizerte pour aller jusqu’au Golfe de Gabès, arrivé devant Sfax, vers les îles Kerkennah le 23 mars 1950, lors d’une opération de dragage la drague d’une des embarcations se raidit fortement et accroche au fond, aussitôt l’Ingénieur en chef hydrographe responsable donne l’ordre à un plongeur de descendre le long d’un bout lesté par une gueuse à l’endroit matérialisé par une bouée, le plongeur refait surface en indiquant avoir aperçu vraisemblablement la silhouette d’un sous-marin, le responsable lui donne des instructions en précisant l’endroit du kiosque qu’il devra gratter pour trouver le nom du sous-marin, le plongeur redescend et remonte en surface en précisant qu’il a vu la plaque et qu’il s’agit du sous-marin "Morse", sitôt signalé aux autorités Maritimes et au Service des phares et balises de la région afin de mouiller une bouée d’épave jaune. Le sous-marin "Morse" a été retrouvé et identifié à 4 nautiques dans le 207 de la bouée n° 7 des îles de Kerkennah. Cette journée du 23 mars aura été riche en évènements, l’exploration de l’épave a permis de relever une brèche importante sans doute causée par une mine, ce qui a provoqué la disparition d’une cinquantaine de victimes. (Il était commandé par le lieutenant de vaisseau Paris). Vous trouverez l’endroit où il a été retrouvé par une croix sur la carte de la côte Tunisienne de Sfax au Ras Ashdir. Le 10 juin 1940, le sous-marin "Morse" appareillait en opérations de guerre avec le sous-marin "Caïman" mais seul ce dernier était rentré de sa mission. Sa disparition date entre le 13 et le 16 juin 1940.

On apprendra par la suite que le "Morse" fut renfloué en 1956, vous trouverez ci-joint photocopie prise sur la revue "Plongée" 1998/2000 de l’AGAASM page 79.

Un monument fut érigé à leur souvenir.

A La fin de la mission sur les côtes Tunisiennes le bâtiment est rentré à Brest pour subir un grand carénage et la presse locale a relaté la disparition et le repérage du sous-marin "Morse" par l’ingénieur Hydrographe Nicolas. Le bâtiment a été condamné le 12 août 1960.

 


 Noms de l’Etat Major et de l’Equipage du sous-marin "Morse"

NOM

GRADE

NOM

GRADE

PARIS Jean

Lieutenant de vaisseau CAVADINI Robert Ingénieur mécanicien
GUYOT Jacques Enseigne de vaisseau 1ère classe HAUTEFEUILLE Marc Enseigne de vaisseau 2ème classe
NEDELLEC François Maître LE BOT Jacques Matelot
ZAOT François Maître RABOTEAU Charles Second Maître
PERRON Gustave Quartier maître KERLEAU Eugène Quartier maître
GIRARD Jules Quartier maître CHEVER François Quartier maître
LANNUZEL Joseph Quartier maître STREIBIG Jean Quartier maître
GUERMEUR Yves Quartier maître SCHLESSER Jean Quartier maître
HAMON Jean Quartier maître DUPUY André Matelot
DURAND Sébastien Matelot CARNET Alphonse Matelot
QUELVEN Gérard Matelot TRIQUET Serge Matelot
HILLION Célestin Matelot BOIRE René Matelot
CRESTA Constant Matelot MANASTA André Matelot
FORBIN Joseph Maître VENTURINI Jean Matelot
CAPAILLERE Joseph Second maître BONAMY Charles Matelot
DIROU Yves Second maître BRAUER Albert Second maître
HUGONOT René Quartier maître BOUSSARD Joseph  Quartier maître
CRUZIOT Maurice Quartier maître PAGE Yves Quartier maître
CHAMBARD Paul Quartier maître FLOCH Joseph Quartier maître
LAOT Georges Matelot THIBAULT Didier Quartier maître
QUINTOT Joseph Matelot ETAIL Henri Matelot
HERSI Paul Matelot LE BORGNE Guy Matelot
ALCARAZ Joseph Matelot HAMAN André Matelot
GIUGE Blaise Matelot CRESPO Etienne Matelot
YVARS Joseph Matelot JAUNET Roger Matelot
GAQUIERE Francis EV1 DAMAND Henri Quartier maître
LE VOEUX André Matelot    

 


 

 

Monument du sous-marin "Morse" au cimetière de Gammarth à 30 km de Tunis

 

Equipage du sous-marin "Morse"

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
contact google maps
 
Accueil