banniere

Louis GICQUEL Ancien du sous-marin Casabianca nous a quitté

Louis nous a quitté le vendredi 8 mars 2013, pour rejoindre ses compagnons du "Casabianca". Désormais il ne reste plus que 4 membres de cet équipage. De nombreux amis, des élus, une forte délégation du sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Casabianca - équipage rouge, les drapeaux de la légion d’honneur, des médaillés militaires, des services spéciaux, des sections Casabianca et Rubis de l’AGASM, tous réunis pour rendre un dernier hommage à Louis en ce mercredi 13 mars 2013. Une réplique du Jolly Roger du Casabianca a été bénie à la fin de l’office et sera immergée lors du prochain départ en mer du SNA Casabianca - équipage rouge.

dimanche 17 mars 2013 , par Christian LECALARD

Louis doit se réjouir de se voir aujourd’hui, entouré par sa famille et les amis de ce milieu de la sous marinade qu’il a tant aimé, rassemblés en son hommage
Il est entré dans la Marine en 1939, et breveté électricien en 1940.
La même année, il est affecté à la 4ème Escadrille des sous-marins de BREST et participe à de nombreuses missions en mer du nord sur le sous-marin ANTIOPE.

En novembre 1940 il embarque sur le sous-marin CASABIANCA avec le grade de quartier-maître électricien, et participe à toutes les missions : - surveillance des côtes africaines et françaises, - débarquement d’armes et d’agents en corse, - débarquement d’agents sur les côtes de Provence.
Il totalise 3000 heures de plongée et plus de 20 missions en Méditerranée.
Lors du sabordage de la flotte à TOULON le 27 novembre 1942, il est à bord du CASABIANCA qui s’en échappe, et rallie ALGER le 30 novembre pour continuer le combat avec les Alliés.

De 1942 à 1943, le CASABIANCA * patrouille sur les côtes de Provence et de Corse, effectue de nombreuses missions de débarquement et participe à la libération de la Corse en octobre 1943.

De 1943 à 1944, patrouille le long des côtes de Provence. Le CASABIANCA coule deux bâtiments allemands, endommage un ex-câblier Italien et coule un chasseur de sous-marin.

De 1946 à 1949 il débarque du sous-marin CASABIANCA avec le grade de second-maître électricien. Il est instructeur à l’école des électriciens, puis suit les cours et reçoit le diplôme du brevet supérieur d’électricien ainsi que le certificat de spécialiste des gyrocompas

De 1949 à 1950 il est affecté à BIZERTE et embarque sur le bâtiment hydrographe Ingénieur NICOLAS. Il participe aux repérages d’épaves et cotation sur cartes hydrographiques.

De 1951 à 1953 il est embarqué sur l’aviso Elan et participe à de nombreuses missions en mer Egée.

De 1953 à 1955 désigné pour deux ans de campagne en Indochine il embarque sur l’escorteur CHAMOIS qui assure la surveillance des côtes vietnamiennes.

De 1955 à 1956 affecté sur le porte-avions ARROMANCHES il participe aux opérations de SUEZ.

De 1956 à 1960 il est affecté au service du contrôle des gyrocompas à TOULON.

De 1960 à 1961 à l’école des apprentis mécaniciens de la flotte de TOULON il termine sa carrière avec le grade de Maître Principal Electricien totalisant 22 ans de service.

- Officier de la Légion d’Honneur,
- Médaille Militaire,
- Officier de l’Ordre National du Mérite,
- Croix de guerre 1939 – 1945 – 5 citations
- Médaille de la résistance,
- Croix des Combattants Volontaires,
- Médaille des évadés
- Médaille commémorative d’Indochine

Il rentrera comme technicien supérieur en 1961 à l’usine de séparation isotopique de PIERRELATTE. Il prend sa retraite en 1981 avec le grade de technicien principal.

De 1983 à 2005 il rentre dans la vie associative à la société d’entraide de la Légion d’Honneur.

De 1987 à 1994 il participe à la création de l’association des unités CASABIANCA en tant que secrétaire, lors de l’arrivée dans les eaux toulonnaises du sous-marin nucléaire d’attaque CASABIANCA.

Il fera parti en 2005, du comité d’édification du monument national des sous mariniers.

Pour nous, sous-marinier d’une autre génération, c’est une mémoire vivante qui s’efface, témoin et acteur de ces heures sombres, puis de l’espoir et enfin de la liberté

Il a su insuffler aux nouvelles générations, ce que sont l’honneur et le devoir à notre pays. L’équipage du CASA est presque au complet, il t’attend

Kénavo Louis

* Voir l’article de Louis GICQUEL "J’avais 20 ans " dans la rubrique historique.


Reportage photos Nicole LECALARD et Francis JACQUOT :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
contact google maps
 
Accueil