banniere

La flotte sous marine à TOULON de 1942 à 1945 - Chap 2.

L’évasion des cinq sous marins

lundi 14 janvier 2013 , par Christian LECALARD

 Position des sous-marins en novembre 1942 :  

Le 9 novembre 1942, après l’annonce du débarquement allié en Afrique du Nord, la Commission Italienne d’Armistice autorise le réarmement des sous-marins qui ne sont pas en grand carénage ou en démontage, dans le but de défendre les côtes françaises contre une invasion alliée. 

 

Sont réarmés les sous marins suivants :

 

- CASABIANCA – IRIS – NAIADE – REDOUTABLE – VENUS – DIAMANT – GLORIEUX – THETIS - 

 

L’autorisation de la C.I.A permet de récupérer le panneau du kiosque, les périscopes, les soupapes de lancement.

 

Tous les moyens sont bons pour les équipages de falsifier les niveaux de combustibles.

 

A partir du 19 novembre, les rumeurs d’invasion de la zone libre circulant, les ordres de préparation au sabordage sont donnés aux chefs de groupes. Les commandants de certains sous-marins réarmés, préfèrent s’organiser entre eux pour appareiller plutôt que couler leur bâtiment. Tous adoptent un amarrage de leur bâtiment cap à l’ouest et conservent les officiers et les 2/3 de l’équipage à bord, en permanence. 

 

Le 27 novembre 1942 à 4 h 30 les avions allemands larguent des mines dans les passes. A 4 h 50 la porte nord du Mourillon est enfoncée et les fusillades éclatent. Les sous-marins appareillent entre 5 h et 5 h 15 dans l’ordre : 

 

VENUS

avec 7 hommes à bord dans l’incapacité de plonger se sabordera à la hauteur de CEPET

CASABIANCA

qui ralliera ALGER et reprendra le combat avec les alliés

IRIS

sous le commandement de l’officier en second ralliera l’ESPAGNE où il sera interné à BARCELONE pour la durée du conflit.

MARSOUIN

qui ralliera ALGER et reprendra le combat avec les alliés.

GLORIEUX

après une courte escale à VALENCE, ralliera ORAN et reprendra le combat avec les alliés.

Se sont immergés à leur poste d’amarrage :
Darse nord du Mourillon : Poste 9 POINCARE – Poste 10 REDOUTABLE – Poste 11 PASCAL – Poste 7 DIAMANT -
Bassins VAUBAN :  Bassin 2 AURORE – Bassin 3 ACHERON -
Bassins MISSIESSY  : ESPOIR – EURYDICE – GALATEE – VENGEUR
Centre de MISSIESSY : CAIMAN – FRESNEL – NAIADE – THETIS – SIRENE

Position des sous-marins le 27 novembre 1942 

 1) MARSOUIN - 2) CASABIANCA - 3) VENUS - 4) GLORIEUX -  5) IRIS -

 

Plaque installée sur la façade de l’ancienne caserne des équipages de sous marins au mourillon sur le site de la DDE (Direction départementale de l’équipement)

Messages

  • Bonjour,
    Je viens d’acheter des petits verres( à apéritif je pense) et ceux-ci portent le nom "Naiade - Toulon". Sont-ils en rapport avec le sous marin ? si oui, pouvez-vous me dire :
    1) ce sous marin faisait-il parti de la flotte sous marine de Toulon
    2) quelle a été sa participation en Novembre 1942
    3) qu’est-il devenu à ce jour ?
    Merci d’une prochaine réponse de votre part.
    Très cordialement

    • Bonsoir,

      Il est fort possible que ces verres proviennent d’un foyer qui se trouvait au 5ème dépôt des équipages de TOULON et qui porte le nom de "NAIADE".

      En 1939, le sous marin de 600 tonnes "NAIADE" n° 192, faisait partie de la 19ème DSM basée au centre des sous marins de TOULON à Missiessy.

      Selon les conventions d’armistice le sous marin la "NAIADE" a été réarmé le 8 novembre 1942 en vue d’une défense des côtes méditerranéennes contre les forces anglos-américaines.

      Le sous marin la "NAIADE" a été sabordé le 27 novembre 1942 au centre des sous marins de Missiessy, lors de l’invasion de la zone libre par les forces allemandes. Le sous marin n’a pas été remis en service.

  • Bonjour,

    est-il possible d’avoir connaissance des listes d’équipage des sous-marins en question ?
    merci, d’avance, En effet, mon grand-père était sur le marsouin ou le requin je ne sais plus ce jour,

  • je desire retrouver des traces carrier de mon pére joseph ouret ne 08/04/1921 mecanicien dans un des sous marin qui a pu s echapper de la rade de toulon et a continue la guerre .il a fait des sejours au tonkin à new york .j ai trouve un grand nombre de photos je veux les classer et mettre des commentaires pour mes enfants et petits enfants

  • Je découvre avec tristesse l’histoire du sabordage de la flotte à Toulon.Merci à tous pour vos connaissances.Je cherche à comprendre ce qu’il est advenu des hommes :
    - du JEAN DE VIENNE sur lequel mon Père a navigué
    - du sous marin GALATEE dont faisait partie le frère de ma Mère .Celui-ci a été déclaré porté disparu le 27.11.42.J’ai du mal à admettre un sabordage avec tout un équipage à bord, serait-ce possible ?
    pouvez-vous me dire aussi s’il existe des archives sur les équipages et ou peut-on se renseigner sur le sujet.
    Encore merci.

  • Bonjour,

    mon grand-père était sur le marsouin. Il a écrit un livre sur ses mémoires de guerre. Je possède pas mal de documents, dont la liste de l’équipage. Je recherche tout document utile pour publier ce livre qui sera sûrement le dernier hommage à nos chers parents et grands-parents. Merci.Nicolas.

  • Bonjour à tous,
    Je suis écrivain amateur (trois bouquins à mon actif sur les choses de la mer). Attiré par l’histoire de l’évasion des cinq sous-marins ( l’Iris, le Glorieux, le Vénus, le Casabianca, et le Marsouin ) lors du sabordage de la flotte de Toulon le 27 novembre 1942 , je voudrais entreprendre le récit "historique" de l’odyssée de chacun des bateaux. Je suis donc à la recherche de documents iconographiques, de journaux de bord , de témoignages personnels (équipage, officiers) écrits sur l’un ou l’autre de ces cinq sous-marins .
    Je lance donc un appel à tous mes amis "marins" ( j’ai a mon actif cinq ans de Royale, matricule : 1411 t 61) pour m’aider à constituer une documentation sur cette épisode de la dernière guerre" et pouvoir ainsi écrire le livre qui relatera cette "évasion". Un grand merci à tous.

    beaucoup

  • Bonjour
    Mon grand-père avait fait l’Ecole des Mousses et avait fait partie de l’équipage du Marsouin (mais de quand à quand ?) Il avait fait l’objet d’un article sur le télégramme avant 1966. Il s’appelait Olivier LAURENT né à La Feuillée (29) et vivait à Huelgoat (29) pour sa retraite. Il a aussi été pilote de port à Bizerte. J’avais cet article en ma possession et il m’était précieux bien sûr car j’adorais mon grand-père. Mais, à force de déménager, j’ai perdu des cartons dont celui qui contenait ce genre de documents très personnels.
    Mon grand-père est décédé en 1979.
    Seriez-vous en mesure de m’aider à retrouver cet article s’il vous plait ?
    Je vous souhaite une agréable fin de semaine.
    Madame Brigitte LAURENT

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
contact google maps
 
Accueil